Une pâte d’arachide qui sauve la vie des enfants, made in Haïti

Haiti's first and only plumy'nut factory in Cap haitian

L’usine de plumy’nut au Cap haitien. (c)UNICEF Haiti/2015/Walther

Après deux jours à Cap-Haïtien (et 12 heures sur la route), je suis de retour à Port -au-Prince. Au cours de la visite, j’ai eu la chance de rencontrer Patricia Wolff, Directrice de Meds & Foods for Kids (MFK), une entreprise basée à Haïti, qui produit des aliments thérapeutiques pour traiter la malnutrition chez les enfants, y compris Plumpy’nut. Plumpy’nut est une pâte à base d’arachide riche en calories pour l’alimentation thérapeutique, ce fut une révolution quand c’est entré dans la pratique humanitaire il y a plus d’une décennie en raison de son impact rapide sur l’état nutritionnel des enfants et de sa longue durée de vie. Une grande partie de l’approvisionnement Plumpy’nut qu’UNICEF Haïti utilise pour soutenir les centres de nutrition à travers le pays est produite par l’équipe de Patricia, qui est à bien des égards un pionnier de l’entreprise sociale en Haïti.

Bien que la société continue à avoir des difficultés pour assurer un profit durable, les progrès faits sont appréciés, plaçant les valeurs de l’entreprenariat social au premier plan. « Nous déclarons la victoire tôt, dès que nous avons atteint le seuil de rentabilité en termes de revenus/dépenses. Le profit est dans l’intérêt social de tous. » Démarrer une entreprise en Haïti est un défi. Les coûts liés à l’électricité, l’eau, les routes et la sécurité sont beaucoup plus élevés qu’ailleurs, ce qui augmente les coûts des produits fabriqués localement. « Lorsque l’UNICEF achète auprès de nous, c’est pour des raisons philosophiques. Ils croient au principe des achats locaux et à la nécessité de renforcer les capacités locales. Vu d’un aspect purement commercial ils pourraient obtenir moins cher avec Nutriset en France » explique Patricia.

A proud mom and her daughter, who can smile again after the successful treatment.

Une mère et sa fille, souriantes après la réussite du traitement. (c)UNICEF Haiti/2015/Walther

Elle est venue en Haïti il y a 26 ans en tant que bénévole, et n’est jamais partie. «Beaucoup de gens sont tombés malades à cause de la malnutrition. J’ai vu des enfants et des femmes mourir inutilement ». Ensemble avec les inventeurs de la recette originale Plumpy’nut elle a commencé à travailler à la mise en place d’une usine de nourriture thérapeutique en Haïti. En 2003 MFK s’est installé près de Cap-Haïtien, dans le nord d’Haïti. Au début ils ont produit Plumpy’nut pour dix enfants par mois, sauvant 100 enfants par an. » En 2010, la société est devenue un partenaire de Nutriset, l’entreprise française qui détient le brevet de Plumpy’nut. Aujourd’hui, environ un tiers des 450 tonnes que produit chaque année MFK est distribué en Haïti.

Pour assurer l’accès aux enfants les plus vulnérables les produits de Patricia sont achetés par des acteurs humanitaires et de développement comme l’UNICEF qui fournissent ensuite les centres de santé communautaires en coopération avec le Gouvernement haïtien. Néanmoins, les fonds disponibles sont insuffisants pour couvrir les besoins.

A boy's upper arm is measured by a nurse. It is a measure that gives quick and reliable information about a child's nutritional status.

Le bras d’un garçon est mesuré par une infirmière. C’est une mesure qui donne une information rapide et fiable sur l’état nutritionnel de l’enfant. (c)UNICEF Haiti/2015/Walther

Au moment où j’écris ces lignes, parmi les enfants vivant en Haiti de moins de 5 ans, 11% souffrent d’insuffisance pondérale (modérée et sévère), 22% de malnutrition chronique (modérée et Sévère) et 5% de malnutrition aigüe (modérée et sévère). Cela peut être dû à la pauvreté de sa famille, à la maladie ou à des pratiques d’alimentation défavorables. Si un enfant ne reçoit pas suffisamment d’éléments nutritifs pendant les 1000 premiers jours de la vie (1), son cerveau et son corps ne seront jamais développés pleinement, ce qui aura des conséquences sur la performance scolaire et plus tard sur le revenu. Il n’y a pas de deuxième chance pour se rattraper ! Plumpy’nut est une partie de la solution, si elle va de pair avec le développement global qui améliore la sécurité alimentaire pour les familles.

Pour conclure, selon les mots de Patricia « Nous faisons partie de ceux qui ont gagné à la loterie. Il est normal de tendre la main vers ceux pour qui ce n’est pas le cas.  » Tellement vraie, cette philosophie d’atteindre ceux qui sont les plus vulnérables est au cœur de la mission de l’UNICEF en Haïti, et partout à travers le monde.

A mother and her son share a moment of joy. Before the treatment at a UNICEF-supported nutrition center the little boy was too weak to even open his eyes.

Une mère et son fils partagent un moment de joie. Avant le traitement dans un centre de nutrition soutenu par l’UNICEF, le petit garçon était trop faible pour ouvrir les yeux. (c) UNICEF Haïti / 2015 / Walther

 

Par Cornelia Walter

(1) Pour plus d’information sur les 1000 premiers jours : https://www.youtube.com/watch?v=NymebwpbL4c.

 

 

ERRATUM

Une erreur s’étant glissée dans cet article, nous avons fait les corrections nécessaires le 18/05/2015. Veuillez retrouver ci-après les chiffres corrigés de la prévalence de la malnutrition, pour les enfants de moins de 5 ans :

1.Prévalence de l’insuffisance pondérale : (Modérée et Sévère)                                    11%

2.Prévalence de la malnutrition Chronique : (Modérée et Sévère)                               22%

3.Prévalence de la malnutrition aigüe : (Modérée et Sévère)                                           5%

*Pourcentage d’enfants moins de cinq ans considérés comme atteints de malnutrition selon trois indices anthropométriques de mesure de l’état nutritionnel : (1) le poids en fonction de l’âge ; (2) la taille en fonction de l’âge ; et (3) le poids en fonction de la taille.

Source : EMMUS 2012, Enquête de Mortalité, Morbidité, et Utilisation des Services

This post is also available in: Anglais