Le SIMEX pour se préparer aux situations d’urgence

Des brigadiers de la DPC et des Gardes-cotes en train de participer au Simex

La Direction de la Protection civile (DPC) du Ministère de l’intérieur et des collectivités territoriales, de concert avec différentes instances gouvernementales et avec la collaboration des organisations partenaires, a réalisé les 2 et 3 aout, un exercice de simulation nationale hydrométéorologique (SIMEX) en vue d’évaluer le niveau de préparation des structures de protection civile et leur capacité d’intervenir en cas d’urgence ou de désastre. L’UNICEF a participé activement à ce SIMEX dans son rôle de partenaire et agence co-lead de quatre secteurs clés (WASH, Education, Nutrition et Protection de l’Enfance) et comme évaluateur.

Cayes, le 23 aout 2018-Cette année, les exercices ont porté sur la simulation du passage du cyclone Peter de catégorie 4 notamment dans le Grand Sud du pays. Le SIMEX s’est déroulé sur plusieurs sites dans les départements des Nippes, du Sud. Des actions de recherche et de sauvetage maritime ont été menées dans le canal de l’Est (Cayes et l’Ile-à-Vache), en simulant également l’évacuation des rescapés vers la grande terre.

L’un des objectifs du Simex dans le Sud, était d’évaluer la capacité de coordination départementale de cette région et des structures de protection Civile des Cayes et de l’Ile-à-Vache, à gérer conjointement une situation d’urgence et à porter assistance aux victimes.

Toutes les principales structures gouvernementales concernées étaient mises en branle ; la Police nationale d’Haïti (PNH), le Corps des sapeurs-Pompiers, le Centre ambulancier national, les mairies, les collectivités territoriales, entre autres. La Croix-Rouge Haïtienne était également présente au cours de cet exercice.

Tenir compte des leçons apprises

L’exercice de table du SIMEX au Coud du Sud

Boutin Pierre-Marie, cadre d’appui opérationnel à la DPC au niveau du Sud, explique que le Simex a été planifié de concert avec la mairie des Cayes et la coordination centrale. La simulation s’est basée sur la recherche d’une trentaine de victimes d’un naufrage et en situation de détresse en haute mer.

« Les brigadiers volontaires de la Protection civile avaient pour rôle de faire le triage des victimes, les mettre sur un brancard, en les mettant dans un point de rassemblement. Là, les membres de la Croix-Rouge ont procédé à la prise en charge des victimes. Cette simulation va nous permettre de découvrir nos forces et nos faiblesses au niveau de nos interventions », a-t-il indiqué.

Pour sa part, l’agronome Joseph Felix, coordonnateur national de la Réponse pour la DPC a mis l’accent sur le fait que cette année, ils ont changé de thème, sortant de la question traditionnelle de la mise en abri provisoire, ou inondation pour se concentrer sur le sauvetage et la recherche en mer.

« Le bilan du Simex est très satisfaisant, en tenant compte que c’est une expérience nouvelle. Je ne peux pas dire qu’il n’y a pas eu d’erreurs, car la raison d’être d’une simulation est de dépister ce qui ne va pas et les corriger. Dans le prochain Simex, nous voulons donner une autre dimension à l’exercice », a-t-il souligné.

L’UNICEF un partenaire clé dans les situations d’urgence

Jean Stenio Pierre, responsable du sous-bureau des Cayes de l’UNICEF, l’un des évaluateurs du SIMEX, a souligné les points forts du SIMEX : la bonne coordination au niveau du Centre Opération d’Urgence Départemental (COUD) et de l’équipe de gestion du SIMEX, la bonne présence des acteurs non-étatique et une bonne représentation des agences UN présentes dans le Sud (UNFPA-OIM-WFP-UNICEF-OCHA etc…) ; les bons résultats de la Simulation sur le Wharf.

« Il nous faut tenir compte de ce qui n’a pas bien fonctionné afin de prendre des bonnes décisions dans le cadre de la gestion des risques. L’UNICEF supporte le gouvernement à travers tout le pays dans le cadre de la gestion des risques des désastres, la préparation et la réponse aux urgences. Nous félicitons tous les acteurs de ce Simex », a-t-il dit.

This post is also available in: Anglais

0 réponses

Répondre

Vous voulez participer à la discussion?
Dites-nous ce que vous en pensez...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *