Réhabiliter le réseau d’eau pour combattre la sécheresse

Le Tepac de Jacmel et un staff de l’UNICEF en train de discuter devant un réservoir sur le captage de la source Domingue

Les périodes de sécheresse qu’ont connues plusieurs départements du pays, ont mis à rude épreuve, la situation des personnes, en termes d’accès à l’eau potable. Spécialement dans le département du Sud-Est où les communautés sont souvent éloignées et vivent retirées dans les montagnes. Pour faciliter l’accès à l’eau dans ces contrées, l’UNICEF a entrepris un programme de réhabilitation de source et du captage d’eau, en coopération avec la Direction nationale d’eau potable et d’assainissement (DINEPA). Un financement de l’USAID a permis d’entreprendre ces activités dans plusieurs départements du pays comme : le Nord-Ouest, le Sud-Est, le Sud et la Grand’Anse.

Jacmel le 31 mai 2018-  Les communes de Jacmel, de la Vallée de Jacmel et Bainet font partie des bénéficiaires, car plusieurs les systèmes d’approvisionnement en potable (SAEP) et de pompes à motricités humaine (PMH) présentaient un état de dégradation avancé. Par exemple, le système d’adduction d’eau potable de Domingue, dans la section communale de Bas Cap Rouge, 1ème section de la commune de Jacmel a bénéficié des travaux de réhabilitation. Maintenant, plus de 8500 personnes ont accès à une eau potable.

Les TEPAC, agents de la Direction Nationale d’eau potable et d’assainissement (DINEPA), représentent les fers de lance dans le suivi de la gestion des Systèmes d’adduction d’eau potable (SAEP) dans les communautés reculées. De concert avec les comités locaux de gestion d’eau, ils mettent en place un mécanisme, qui permette la gestion transparente et efficace des systèmes, en faisant le lien entre la population et les comités de gestion d’eau.

Une situation qui était grave

L’ancien réservoir de la source…

A Bas Cap Rouge, la situation était très difficile, car le débit trop faible de la source de captage, ne pouvait pas alimenter tout le réseau. Les gens avaient de la difficulté à s’approvisionner en eau. « La localité a fait face avec un grave problème de sécheresse, la source s’est tarie. La population n’avait d’autres choix que d’aller puiser de l’eau dans le lit de la rivière », explique Anel Colin, TEPAC pour la commune de Jacmel.

Le SAEP confrontait des problèmes techniques sérieux en ce qui concerne l’eau, la ligne d’adduction était coupée, il y avait plusieurs fuites sur la ligne de distribution. Beaucoup de perte d’eau était constatée. Il y avait 12 bornes fontaines qui ne fonctionnaient pas.

« Avant, les gens puisaient de l’eau dans la rivière. La majorité des personnes qui avaient l’habitude de se baigner dans la rivière, déféquaient à même le sol. Ce qui représentait un problème de santé publique, et les gens qui consommaient l’eau tombaient malades, sans oublier le choléra », explique-t-il.

Fleurant Louissaint, secrétaire du Comité d’Approvisionnement en Eau Potable et d’assainissement (CAEPA), explique l’importance vitale du réseau et les changements sur la vie des habitants. Il se rappelle de la période difficile de la sècheresse où les lits des rivières étaient à sec, les arbres périssaient, les têtes de bétails mourraient, c’était vraiment une catastrophe.

« Par le passé, les gens devaient parcourir plusieurs kilomètres pour trouver l’eau, maintenant ce n’est plus le cas. Les riverains sont contents de cette amélioration, cela a amélioré les conditions de vie des gens. Le captage est une initiative louable », indique-t-il, ajoutant qu’il souhaite un accompagnement de l’Etat en ce qui concerne le reboisement autour des sources d’eau de la zone.

Gérer la distribution de l’eau

Un jeune collectant de l’eau sur le réseau

La DINEPA, l’UNICEF, Solidarités International, avec un financement de l’USAID, ont entrepris des travaux qui ont pratiquement changé, la vie de la population en facilitant l’accès à l’eau. Anel Colin, se dit satisfait à ce niveau car cela à apporter un grand changement au sein de la communauté.

Il déplore la coupe des arbres qui se trouvaient dans la source de la rivière, ce qui a pour conséquence une diminution de la source.

Pour assurer la gestion efficace et la maintenance du système, un CAEPA a été formé avec les membres de la communauté afin garantir la continuité et la pérennité du service d’eau. « Le comité de concert avec la population élaborent un horaire de distribution. Mon rôle est de recueillir les doléances de la population et trouver des solutions aux problèmes », rappelle-t-il.

Garantir les objectifs de développement durable

L’ODD 6 stipule qu’il faut ‘’ garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau’’.

Hamidou Maiga, responsable WASH à l’UNICEF met l’accent sur l’importance de respecter cet ODD. « Notre mandat à l’UNICEF est de protéger la vie des enfants et des adolescents. Une eau potable signifie moins de risque d’attraper des maladies. Nous nous tenons aux cotés de la DINEPA dans la réalisation des politiques publiques en ce qui a trait à l’accès à l’eau et l’assainissement », ajoute-t-il.

 

This post is also available in: Anglais