Renforcer la coopération dans la lutte contre le travail domestique des enfants

 

Une séance de présentation lors de la réunion au local de l’UNICEF

Les principaux partenaires impliqués dans la lutte contre le travail domestique des enfants, redoublent d’efforts, aux côtés du gouvernement haïtien, pour réduire l’incidence de ce phénomène sur les enfants en vue de leur plein épanouissement. Pour rendre le combat plus efficace, beaucoup d’initiatives sont prises parmi lesquelles le projet de lutte contre le travail domestique des enfants. Le Comité directeur conjoint de ce projet fait partie de ces mécanismes de coordination. La Coopération Canadienne et le Ministère des Affaires Sociales et du Travail (MAST) co-président cette structure dont les membres sont issus des organisations internationales comme l’UNICEF, l’Organisation Internationale du travail (OIT), l’OIM et des organismes gouvernementaux.

Port-au-Prince, le 29 mars 2018– Les membres du Comité directeur conjoint se sont réunis dans la salle de conférence de l’UNICEF afin de faire le point sur les avancées du projet ‘’ Lutte contre le travail domestique des enfants en Haïti’’, de discuter des défis et des prochaines étapes dans la mise en œuvre du projet.

Dans son allocution de circonstance, Mme Stéphanie Auguste, Ministre des Affaires Sociales et du Travail a mis l’accent sur l’importance qu’accorde le gouvernement haïtien dans la lutte contre le travail des enfants au regard de ses conséquences dramatiques. « Les conséquences désastreuses des pires formes de travail des enfants ne sont plus à démontrer. Elles engendrent des effets irréversibles sur leur santé, leur éducation, et leur épanouissement psycho-affectif qui constituent leurs droits les plus élémentaires », a-t-elle indiqué.

Plus loin, la ministre a souligné la nécessite de développer des actions synergiques contre le travail domestique des enfants « Il nous faut donc sans délai dégager les voies et moyens pour entreprendre les actions qui doivent faire date et qui ne permettent pas d’attendre », a-t-elle ajouté. Elle a également salué la coopération, dans ce domaine, entre le gouvernement haïtien, le Canada, et les Nations-Unies particulièrement l’UNICEF.

Une coopération fructueuse

La ministre Stéphanie Auguste au cours d’une présentation, le Représentant de l’UNICEF à Droite et le chef de coopération du Canada à gauche

Pour sa part, M. Carlos Rojas-Arbulu, Chef de coopération à l’ambassade du Canada a salué les efforts du gouvernement Haïtien qui a ratifié plusieurs conventions internationales sur les droits humains dont la Convention relative aux droits de l’enfant. Il a également remercié l’UNICEF et ses partenaires pour les efforts qui ont permis d’obtenir des avancées dans la mise en œuvre du projet de lutte contre le travail domestique des enfants notamment à travers les résultats présentés dans le premier rapport annuel.

Il a enfin encouragé l’UNICEF et les partenaires à renforcer la stratégie d’égalité femme/Homme et le mécanisme de coordination en saluant le leadership de la Ministre des Affaires sociales et du travail.

  1. Marc Vincent, Représentant de l’UNICEF en Haïti, a tenu à rappeler « l’engagement soutenu du Gouvernement haïtien en faveur de la promotion et de la protection des droits de l’enfant », mettant l’accent sur le leadership du MAST dans le secteur.

Il a plus loin rappelé certains résultats importants depuis le début de la mise en œuvre du projet en avril 2017 parmi lesquels : le déclenchement de la dynamique pour soutenir la révision du Code du travail et la voie vers l’adoption des autres textes juridiques tels que le Code de protection de l’Enfant et la liste des travaux dangereux ; l’identification et la prise en charge de 336 enfants travailleurs domestiques dont 60% de filles ; l’identification et l’appui à 2,357 familles à risque de séparation familiale afin de prévenir le travail des enfants ; l’identification et le soutien à 1,215 enfants à risque ou victimes de violences y compris les VBG dont 765 sont actuellement scolarisés.

Des chiffres qui interpellent

Ce projet qui se déroule dans trois départements dont le Sud, la Grand ’Anse et l’Ouest fait suite à l’étude sur le placement et le travail domestique des enfants réalisée en 2014. Selon cette étude réalisée par le Gouvernement haïtien avec le support de l’UNICEF et 28 ONG nationales et internationales, il a été révélé la situation suivante :

  • 25% des enfants haïtiens de 5 à 17 ans vivent séparés de leurs parents biologiques ;
  • Plus de 400 000 enfants dont 52% des filles sont impliqués dans le travail domestique ;
  • 207 000 enfants de 5 à 14 ans sont dans des formes inacceptables de travail domestique ;
  • Près de 60% des enfants dans des conditions inacceptables de travail seraient des filles essentiellement employées en milieu urbain ;
  • Une forte précarité socio-économique des ménages explique cette pratique dans la plupart des cas.

La tenue de ce comité directeur conjoint vient rappeler la nécessité de renforcer les synergies entre acteurs pour apporter une réponse plurisectorielle au problème de précarité qui conduit à l’exploitation des enfants à travers les pires formes de travail d’où l’insistance de Madame la Ministre pour :

  • une grande mobilisation des acteurs au niveau des autres Ministères et des ONG concernées dans toutes les étapes du projet.
  • Le développement d’action de plaidoyer envers le parlement pour l’adoption de la Convention 189 de l’OIT sur les travailleurs domestiques et la loi portant code de protection de l’enfant, et la révision du Code du travail;
  • La mise en place d’un groupe sectoriel sur la protection de l’enfant qui permettra de regrouper les acteurs au niveau stratégique concernant la protection de l’enfant.

Avec une tel engagement au sommet et une telle mobilisation des acteurs de développement, l’espoir est permis quand a la réduction de l’exposition au travail domestique des filles et garçons en Haïti.

 

 

This post is also available in: Anglais