Au milieu du chaos, un espace sûr où Rosmala peut apprendre et rire

 

Cet espace est ouvert à tous les garçons et filles âgés de 3 à 17 ans, y compris à ceux qui souffrent de handicaps. © Maxence Bradley

Cet espace est ouvert à tous les garçons et filles âgés de 3 à 17 ans, y compris à ceux qui souffrent de handicaps.
© Maxence Bradley

Haïti, Jérémie, 27 novembre 2016. «J’adore passer du temps avec les enfants et les accompagner un bout de chemin», déclare Shanam Riche, 21 ans. Il fait partie des 60 membres de la communauté qui se sont portés volontaires pour aider dans les Espaces Amis des Enfants.  Les bénévoles reçoivent une formation spécifique sur les droits des enfants, les pratiques d’animation et les activités qui permettront aux enfants quels qu’ils soient, vulnérables ou relativement résilients, de venir dans ces espaces, qui leur sont réservés, installés dans les communautés les plus touchées par l’ouragan Matthew.

Ces Espaces Amis des Enfants ont pour objectif de renforcer la résilience et le bien-être des enfants et des jeunes, âgés de 3 à 17 ans, grâce à des activités structurées organisées par la communauté et conduites dans un environnement sûr et stimulant, adapté aux enfants.  Ils constituent un lieu sécurisé lors de situations difficiles. « Après l’ouragan Matthew, nous avons constaté que de nombreux enfants accueillis dans les Espaces Amis des Enfants souffraient de cauchemars ou de crises de panique. Le traumatisme vécu par ces enfants se manifestait à travers leur comportement, leurs dessins, » explique Laura Gabrici, responsable de la protection pour AVSI. «  Ces enfants sont souvent très inquiets de ce qui pourrait arriver à leurs proches, en particulier à leurs parents : ils ont peur de les voir disparaître de leur vie à tout moment. L’idée de rester seul est une crainte perpétuelle. »

« J’adore venir ici pour être avec mes amis et faire de dessins. On s’amuse bien, » raconte Rosmala Vincent, 6 ans, un sourire timide aux lèvres. Aucun des membres de sa famille n’a souffert physiquement de l’ouragan, par contre, ils ont perdu tous leurs biens lorsque Matthew a frappé la ville de Jérémie.

Les Espaces Amis des Enfants, tout comme l’intervention de volontaires tels que Shanam, sont le fruit d’un effort concerté entre le

Ces Espaces Amis des Enfants ont pour objectif de renforcer la résilience et le bien-être des enfants et des jeunes, grâce à des activités structurées organisées par la communauté et conduites dans un environnement sûr et stimulant, adapté aux enfants© Maxence Bradley

Ces Espaces Amis des Enfants ont pour objectif de renforcer la résilience et le bien-être des enfants et des jeunes, grâce à des activités structurées organisées par la communauté et conduites dans un environnement sûr et stimulant, adapté aux enfants© Maxence Bradley

Ministère de la Jeunesse et des Sports, l’IBESR (Institut du Bien-Être social et de la Recherche), principale institution publique chargée de la protection de l’enfant, et l’UNICEF, dont les principaux partenaires sont l’ONG nationale IDETTE (Initiative départementale contre le Trafic et la Traite des Enfants) dans Grand’Anse et les ONG internationales Terre des Hommes, AVSI et Save the Children dans le département du Sud. Le cadre a beau être différent, l’ambition reste la même : offrir aux enfants âgés de 3 à 17 ans un environnement sécurisé où ils peuvent jouer et retrouver une certaine normalité, malgré des circonstances difficiles.

Les bénévoles ont entre 18 et 25 ans. Au nombre de sept par Espace Ami des Enfants, en moyenne, ils font en sorte que chaque enfant fasse l’objet d’une attention individuelle pendant les séances d’une durée de deux heures en général. Les activités proposées aux enfants comprennent du dessin, des jeux, du chant et de la danse. Ces séances servent aussi à repérer des enfants particulièrement traumatisés que l’on peut ensuite diriger vers des structures offrant un soutien psychosocial, telle que l’ONG CISAME (Centre d’intervention en Santé mentale de Jérémie). En outre, ces activités permettent d’identifier les enfants et les familles ayant besoin d’une aide sociale spécifique. À travers l’IDETTE et l’IBESR, ils pourront se voir accorder un accès à des services sociaux et des produits de base.

Jusqu’à présent, des Espaces Amis des Enfants ont été lancés dans les villes de Jérémie, dans la Grand’Anse, et aux Cayes, dans le Sud, à raison de deux séances par semaine. À compter de la semaine prochaine, des équipes mobiles introduiront la même initiative dans les endroits isolés. Les volontaires, après des heures de trajet sur des routes boueuses, apporteront leurs compétences individuelles, ainsi que des kits pour le développement de la petite enfance, aux enfants vivant dans des communes difficiles d’accès, telles que Dame Marie et Abricot.

Les Espaces Amis des Enfants sont un point d’entrée essentiel pour la protection des enfants.

Les Espaces Amis des Enfants sont un point d’entrée essentiel pour la protection des enfants.

« Les Espaces Amis des Enfants sont un point d’entrée essentiel pour la protection des enfants. Ils leur offrent un espace où exprimer le traumatisme lié à l’ouragan, ce qu’ils ont vécu pendant et depuis, et cela nous permet de dépister ceux qui ont besoin d’une attention particulière, » explique Geslet Bordes, agent de protection de l’enfance pour l’UNICEF.

Dans les 24 heures qui ont suivi le passage de Matthew, Geslet et ses collègues chargés de la santé, de la nutrition, de l’éducation, des situations d’urgence et de l’eau/assainissement, ont commencé à se relayer entre leur lieu d’affectation habituel, à Port-au-Prince, et les zones touchées, apportant une aide source d’espoir au milieu du chaos et de la destruction. Dans la continuité de son action contre l’épidémie de choléra qui sévit en Haïti depuis 2010, l’intervention d’urgence de l’UNICEF repose sur une approche intégrée : elle s’efforce de répondre aux besoins de base immédiats des enfants et de leurs familles tout en jetant les bases du redressement qui mènera à terme au développement.

« Les membres de la communauté ont réagi avec un enthousiasme évident à la création des Espaces Amis des Enfants.Ils pourraient servir de passerelle pour le développement d’une action communautaire coordonnée, afin de gérer les difficultés auxquelles la population touchée est confrontée, » explique Laura Gabrici. À long terme, ces espaces pourront être gérés par des organisations communautaires, à l’initiative de jeunes notamment. »

Sept semaines se sont maintenant écoulées depuis qu’Haïti a été terrassée par l’ouragan Matthew et plus de 90 000 enfants ont encore besoin d’une aide humanitaire, comme l’a souligné Marc Vincent, « L’intervention d’urgence, désormais pleinement déployée, comporte des programmes visant à protéger les enfants des menaces posées par les maladies d’origine hydrique et par la malnutrition, redoutée en raison de la perte presque totale des récoltes dans les zones les plus touchées. »

 

Cornelia Walther

Traduction : Cendrine Strevens

This post is also available in: Anglais