La protection de l’environnement par Malena 17 ans de Cuba

 Malena Beltran Puebla nous fait part de son ressenti quant à la prévention du réchauffement climatiques et ses effets destructeurs.

Il est surprenant de voir la vitesse à laquelle l’innocence de nos vies s’efface à mesure que le temps passe. Plus petit, l’ouragan représentait uniquement pour nous le besoin de fuir nos maisons pour d’autres lieux et la vision des visages adultes terrifiés. En grandissant, on commence à comprendre que ce n’est pas seulement ça, c’est également un phénomène naturel qui amène son lot de conséquences désastreuses à une communauté, à un pays.

Nous avons besoin d’être préparé à toutes sortes d’éventualités que cela peut provoquer. Selon moi le cercle familial est le socle primordial à toute sensibilisation et prise de conscience concernant les problèmes environnementaux. Les plus jeunes construisent leur propre ressenti relatif à la réduction des risques environnementaux et des désastres au sein même de la famille. Il est crucial que nous soyons inclus dans la prise de décision au sein de la famille afin de renforcer la participation des jeunes dans les différentes actions qui contribue à l’accroissement de notre conscience environnementale et sociétale.

Ces efforts peuvent également être fournis à travers l’éducation institutionnelle où des professeurs formés mettent en place des activités comme la planification des risques ou bien des simulations dès le plus jeune âge. Cela nous connecte plus intensément avec le sujet nous permettant de le comprendre de façon ludique.

Il y a des moments où notre propre communauté se reflète dans la lecture d’un livre de géographie, dans mon cas le camp de Casilda, un village en Trinité, dans la province de Sancti Spiritu. Et l’on s’arrête, un temps. Une pause qui nous permet de comparer le présent avec la réalité d’il y a 5 ans. Immédiatement après, nous réalisons que la nature a souffert de changement drastique qui, comme nous le savons maintenant, sont le résultat  du changement climatique ; de l’empreinte de l’homme sur la nature.

Cela est encore plus évident au regard du printemps en fleur et pluvieux d’avant qui s’est progressivement substitué en une saison où il pleut difficilement une fois par semaine. Ces différentes transformations négatives amènent à un réveil des consciences où la prise en compte par les nouvelles générations de la réduction des risques de catastrophes et la réhabilitation des communautés est essentielle.

Malena Beltrán Puebla est une cubaine de 17 ans dont la participation et l’engagement sur des thématiques environnementales et de réduction de risque dans sa communauté l’a mené à participer à la Plateforme Régionale pour la Réduction des Risques de Désastre pour les Amériques en 2014. Selon son point de vue, un des objectifs de la plateforme est de démontrer l’importance de l’écoute et de la prise en compte de la parole des enfants. A 14 ans, son souhait était que « les enfants aient le droit à une bonne formation dans leurs écoles ».

This post is also available in: Anglais