L’engagement communautaire à la base de l’accès à l’eau potable

 

Un riverain puisant de l’eau dans la source

Dans les endroits reculés du pays, l’accès à l’eau potable peut s’avérer un défi de taille, tenant compte de la configuration du relief et de la disponibilité des sources naturelles en eau. L’UNICEF, avec un financement de l’USAID, met en place des projets de captage de source et d’adduction d’eau potable. Souvent l’engagement communautaire est incontournable pour la réussite de ces projets. La localité de La Vallette, dans le département du Sud-Est est un exemple frappant.

Jacmel, le 31 mai 2018– Dans le cadre de la lutte contre la sècheresse qui a frappé plusieurs départements du pays dont le Sud-Est, l’UNICEF de concert avec l’USAID a entrepris des travaux de réhabilitation de sources d’eau dans plusieurs localités. La source Lavalette dans la section Montagne La Voûte, 6e section de la commune de Jacmel, en bénéficie.

Alma Oplan, le regard vif, la démarche droite et décidée est le coordonnateur de Casec de la Section La Montagne. Il a été l’un des grands artisans, au niveau communautaire de la réhabilitation de la source de la Montagne. « En tant qu’agent de développement, notre rôle est de travailler au profit de notre section communale pour le bien-être de la communauté », explique-t-il.

Des problèmes qui étaient récurrents

Le relief accidenté a favorisé l’érosion des sols de la zone ; l’augmentation de la population a entrainé une surexploitation du système ; les catastrophes naturelles telles que les ouragans (le tremblement de terre, les cyclones Emilie et Katrina ainsi que l’Ouragan Matthew…) ont accéléré la dégradation des ouvrages. En ce qui a trait au captage : il y avait des fissures sur la superstructure, la trappe était endommagée, l’environnement proche dégradé. Ainsi le reste du réseau ne pouvait être alimenté.

Le manque d’appropriation de la source par la communauté a induit un manque de suivi des ouvrages. Les gens ne prenaient pas soin de l’ancien captage et y jetaient des immondices, il n’y avait aucune propreté. « La situation était très difficile, car les gens puisaient de l’eau, tout près de l’endroit où les animaux s’abreuvaient », raconte-t-il.

La communauté a été partie prenante

Une pompe à bras dans une section communale du Sud-Est

Les membres de la communauté ont vu la nécessité de réparer la source d’eau, ils ont ainsi fait la demande auprès de la Direction nationale d’eau potable et d’assainissement (DINEPA). L’USAID avait donné un financement à l’UNICEF pour la réalisation du projet. Solidarités International a été choisi comme maitre d’ouvrage.

Lorsqu’il parle de la réalisation de ce projet, un large sourire illumine le visage d’Oplan. « Les gens se sont appropriés le projet dès le commencement. Ils ont participé en donnant et en apportant sur les lieux des matériaux de constructions ; sable, roches, blocs, entre autres », se réjouit-il.

Alma Oplan a été l’un des moteurs de la mobilisation. Il a sensibilisé les habitants sur l’importance de la réhabilitation de la source. Il a contribué à la nourriture des travailleurs. Il s’est dit satisfait du résultat final, même s’il pense qu’il peut y avoir de l’amélioration.

Le gros des travaux a consisté en : la réhabilitation, le captage à travers le colmatage de la fuite et le nettoyage de l’environnement proche du système ; la réfection de l’étanchéité intérieure et extérieure du réservoir ; la réhabilitation partielle de la maçonnerie et la plomberie ; le colmatage et la protection des canalisations au niveau du captage ; la réalisation d’un mur de soutènement pour la protection de l’ouvrage.

Pour Jacques Touchard Adia, spécialiste WASH à l’UNICEF, la réhabilitation de la source va changer la vie de la population. Car l’impact dans leur vie est réel et palpable. « C’est une grande différence pour les gens de La Montagne, car avant il était difficile de trouver l’eau potable. Les populations avaient de l’eau en quantité mais qui n’était pas potable. Le captage et le réservoir étaient contaminés par les coliformes. L’UNICEF, en soutien au gouvernement haïtien, a permis à ces communautés reculées d’avoir accès à l’eau. Cela va sauver la vie des enfants. Nous remercions l’USAID pour son soutien important à la réalisation de ce projet. », conclut-il.

 

This post is also available in: Anglais