Un groupe de consultation sur la gestion des Risques et Désastres

Il reste encore des défis à relever 6 mois après l’ouragan Matthew

Six mois après le passage de l’ouragan Matthew, un cyclone de catégorie 4 qui représente la plus grave crise humanitaire depuis le tremblement de terre de 2010 en Haïti, la population, notamment dans la Grand’Anse et le Sud, a encore de grands besoins, en dépit d’une grande mobilisation des acteurs humanitaires sur le terrain, dès les premiers jours.

Rodley,12 ans, originaire de Jérémie

Rodley,12 ans, originaire de Jérémie

A travers le pays, on estime à 1 100 000 enfants et 1 600 000 adultes ayant besoin d’assistance humanitaire. Beaucoup d’entre entre eux peinent encore à se relever des effets du cyclone.

Dans le cadre de sa réponse humanitaire post-Matthew, qui se base sur le principe de la redevabilité envers les communautés, l’UNICEF a organisé début avril, une consultation avec les jeunes dans la Grand’Anse, afin d’avoir leur point de vue sur la réponse. Il s’agit d’un dialogue qui se poursuivra au courant des prochaines semaines dans les deux départements les plus touchés. Les voix des jeunes confirment que beaucoup reste encore à faire afin de permettre aux familles et aux enfants d’avoir de meilleures conditions de vie. Selon les dernières évaluations effectuées dans le Sud et la Grand’Anse :

 

Protection : 125 000 enfants ont besoin de protection contre la violence, l’exploitation et les abus depuis le passage de l’ouragan Matthew. « Quand nous essayons de parler, les adultes nous demandent de nous taire parce que nous sommes des enfants », explique Rodley, originaire de Jérémie. Selon l’Organisation de la Coordination des Affaires humanitaires (OCHA), plus de 175 000 personnes ont été contraintes de se déplacer dans des abris temporaires.

Isma, 17 ans, originaire de Marfranc.

Isma, 17 ans, originaire de Marfranc.

Education : On estime à plus de 490 000, le nombre d’enfants dont la scolarité a été interrompue à cause de l’impact de l’ouragan. « J’aurais vraiment aimé aider les gens de ma communauté, leur apporter ce qu’il manque, mais je ne peux pas. Aider les enfants dans le domaine de l’éducation est aussi un objectif », explique Isma, 17 ans, originaire de Marfranc.

 

Eau et assainissement : Selon une enquête de l’ONG Acted pour les Cayes, 60 pour cent des personnes continuent à puiser leur eau de boisson dans des puits et 35 pour cent dans des robinets privés. « Nous avons besoin d’aide et ceci dans tous les domaines », rappelle Chansina, 14 ans, qui vit à Roseaux.

 

« Les gens ont commencé à replanter leur jardin, à réparer les maisons, mais il nous faut encore de l’aide dans certains domaines  »

Rosemène, 17 ans, vivant à Léon, une localité de la Grand’Anse durement touchée par Matthew.

Rosemène, 17 ans, vivant à Léon, une localité de la Grand’Anse durement touchée par Matthew.

Nutrition : Les taux de malnutrition devraient augmenter dans les prochains mois, car les effets réels de la perte déclarée de 70 à 90 pour cent des cultures, dans les zones touchées, commencent à se faire sentir. « Cette rencontre m’a permis de comprendre comment les enfants sont sensés vivre quand on considère leurs droits. Ils doivent pouvoir trouver assez de nourriture, être protégés et bien d’autres choses encore », rappelle Rosemène, 17 ans, vivant à Léon, une localité de la Grand’Anse durement touchée par Matthew.

« Les gens ont commencé à replanter leur jardin, à réparer les maisons, mais il nous faut encore de l’aide dans certains domaines, car il y a beaucoup de personnes qui n’ont rien reçu et ils attendent encore », explique Blaise, 17 ans, originaire de Marfranc.

 

Marc Vincent, Représentant de l’UNICEF en Haïti, a insisté sur les efforts qui doivent être entrepris afin de garder une certaine continuité dans la réponse. « Il est vital de fournir une assistance aux personnes touchées, en particulier aux enfants, qui sont toujours les plus vulnérables. L’UNICEF travaille main dans la main avec le Gouvernement, les partenaires et les communautés afin de relever ce défi et d’aider les personnes victimes à pouvoir reprendre leur vie d’avant la catastrophe. Il faut redoubler nos efforts afin de permettre aux plus vulnérables d’avoir accès à des conditions de vie décente. J’en profite pour saluer la résilience des familles haïtiennes », a-t-il indiqué.

 

Chansina, 14 ans, qui vit à Roseaux

Chansina, 14 ans, qui vit à Roseaux

De concert avec les partenaires, l’UNICEF a pu faciliter la réhabilitation de 75 écoles permettant à plus de 20 000 écoliers de reprendre les activités scolaires ; la réhabilitation de 34 autres écoles est cours et celle de 65 autres est planifiée.

Plus de 400 000 personnes ont eu accès à de l’eau potable depuis le passage de Matthew ; plus de 9 000 enfants ont bénéficié des activités psychosociales dans les Espaces Amis des Enfants.

Depuis l’ouragan, l’UNICEF a augmenté le nombre d’équipes de réponse rapide du choléra de 46 à l’échelle nationale à 88.

Selon le Ministère de la Santé publique et des Populations (MSPP) au cours des 10 semaines écoulées depuis le 1er janvier 2017, environ 3 585 cas suspects de choléra ont été signalés, comparativement à plus de 9 400 pour la même période de 2016, ce qui montre des progrès continus vers l’objectif d’élimination du choléra en Haïti.

Plus de 80 000 personnes ont bénéficié de consultations par le biais de cliniques médicales mobiles que l’UNICEF avec le MSPP a mis en place pour répondre le service aux familles, alors que les installations de santé étaient en cours de réparation.

Les activités de nutrition, avec la détection des enfants malnutris et le soin à leur égard ont démarrées rapidement et se poursuivent aujourd’hui. Le rétablissement de la chaine de froid est en cours.

UNICEF HAITI

This post is also available in: Anglais

0 réponses

Répondre

Vous voulez participer à la discussion?
Dites-nous ce que vous en pensez...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *