Cholera - Little patients regain strenghts at the CTA of Cap Haitien

Histoire d’une flambée de choléra à Léogane

Phénide Ange Beaussejour, spécialiste Urgences chez UNICEF Haïti nous raconte comment une famille à Gressier a été contaminée par le choléra. Par cet extrait brut venu du terrain, notre collègues Phénide  illustre toute la complexité de la lutte contre le choléra en Haïti.

Depuis le Samedi 25 Mars,  le CTDA (Centre de Traitement de la Diarrhée Aigüe) de Gressier accuse une hausse brusque des cas suspects de cholera. En tout, 32 cas ont été enregistrés du Samedi 25 au Mardi 28 au matin, dont un décès communautaire.

La grande  majorité des patients proviennent de la zone de Fond des Boudins, située à Sainte Etienne dans la commune de Léogane. Beaucoup parmi les patients sont des membres d’une même famille vivant dans un espace géographique appelé en créole « lakou ». Le cas index[1] est Dieuseul,[2] un homme âgé de 70 ans. Il reporte avoir commencé à présenter des symptômes dans la nuit du Vendredi 24 Mars. Ce même jour il a participé à un « kombit » (un rassemblement volontaire de paysans qui s’entraident pour effectuer une tou plusieurs tâches) avec 6 personnes de la zone et tous auraient partagé de la nourriture et mangé du pain acheté d’un marchand ambulant à moto. Quatre des personnes qui ont pris part au « kombit »  sont tombées malades dans les 24 -48 heures.

Le jour de l’hospitalisation de Dieuseul, le Samedi 25 Mars, sa fille Marie[3] et son bébé âgé de six mois commencent eux aussi à présenter des symptômes et sont transportés le jour même au CTDA de Gressier. Cependant, Marie refuse de garder son enfant au CTDA de peur qu’il ne soit « infecté » et le renvoie chez une cousine de 16 ans, enceinte,  qui vit dans le même « lakou ».

Pendant que Marie reçoit les soins au CTDA, l’état de l’enfant se dégrade. Le Lundi matin la cousine le transporte d’urgence au centre de santé de Sainte Etienne, mais l’infirmière sur place est incapable de le prendre en charge faute d’intrants. L’enfant décède sur le chemin du retour et est enterré le jour même dans un trou creusé dans l’arrière cour de Marie, sa mère. Cette dernière est encore hospitalisée à Gressier et n’est pas encore au courant du décès de son bébé.

Aujourd’hui encore,  des enfants et des bébés continuent de mourir d’une maladie évitable 

 Tombeau improvisé du bébé de Marie

Tombeau improvisé du bébé de Marie

Des zones reculées, des travaux paysans en groupe, des marchands ambulants qui vendent des produits d’une hygiène douteuse, des personnes qui consomment de l’eau d’une source non protégée, des centres de santé démunis.

Cette triste histoire reflète toute la complexité de la lutte contre le choléra en Haïti et  nous montre qu’aujourd’hui encore, malheureusement, des enfants et des bébés continuent de mourir d’une maladie évitable.

En plus de son travail avec les équipes d’interventions rapides, UNICEF s’assurent appuie des Unités Mobiles de la Direction de la Promotion de la Santé et de la Protection de l’Environnement (DPSPE) du Ministère de la Santé Publique et de la Population afin que des messages clés soient inclus dans les sessions de sensibilisation.

Dans le cas de Gressier, ces messages se focalisent   sur « les pratiques funéraires en cas de décès suite à des diarrhées», sur  « l’importance de recevoir des soins dans un Centre de Traitement de Diarrhée Aigue jusqu’à guérison complète» mais aussi sur le fait que  « les CTDA ne représentent pas un risque pour les enfants ».

Phénide Ange Beaussejour,

Spécialiste Urgences

UNICEF Haïti

 

[1] Cas index : ou patient zéro, est utilisé pour désigner la première personne d’une épidémie à avoir été contaminée par un agent pathogène.

[2] Le nom du patient a été changé pour des soucis de confidentialité

[3] Le nom de la patiente a été changé pour des soucis de confidentialité

This post is also available in: Anglais

1 réponse
  1. Piarroux
    Piarroux dit :

    Voilà un des rares articles que j’ai lu qui illustre, sans grandiloquence ni théorie fumeuse, comment le choléra arrive à se maintenir en Haïti sous la forme de micro-flambées qu’il importe de détecter et d’éteindre au plus vite.

    Il y a là, aussi, une illustration flagrante du dénuement actuel de la plupart des structures de soins en Haïti, lorsqu’il s’agit d’accueillir des cas de choléra.

    Bravo Phénide pour ton engagement dans cette lutte contre le choléra !

    Répondre

Répondre

Vous voulez participer à la discussion?
Dites-nous ce que vous en pensez...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *