Les citernes souples de Sovo

De l’eau pour les enfants de Sovo

 

Environ 750 000 personnes, dont des enfants, nécessitaient une assistance pour l’accès à l’eau et l’assainissement, suite au passage de Matthew en octobre 2016, dans le Sud et la Grand’Anse[1]. L’UNICEF et ses partenaires[2] ont implémenté des projets d’approvisionnement en vue d’appuyer les structures déconcentrées de la Direction Nationale de l’Eau Potable et Assainissement à répondre à la demande. 

Guerline et ses filles

Guerline et ses filles

Mardi 7 mars, 16h. En face de l’école nationale de Sovo, dans la commune de Camp Perrin. Une famille remplit ses gallons dans des robinets communautaires. Trois filles, deux garçons et leur maman.

La cheffe de famille nous accueille avec un large sourire. Guerline, 38 ans, nous présente ses enfants : Les filles 11, 10 et 8 ans, les garçons, 5 et 3 ans. Ces derniers n’arrêtent pas de courir l’un après l’autre en se taquinant, tournant autour des filles amusées.

Chercher de l’eau n’a pas toujours été une tache aussi réjouissante, se rappelle Guerline : « Avant, nous allions chercher l’eau à La Source, un point d’eau à une heure de marche d’ici. La route est rocailleuse, et glissante en temps de pluie. Les enfants devaient m’accompagner après l’école pour chercher l’eau. De retour à la maison, ils étaient souvent trop épuisés pour faire leurs devoirs ».

’’Mes enfants tombaient souvent malades, à cause de l’eau, qui était de mauvaise qualité’’

A cela s’ajoutaient les impacts de la mauvaise qualité de l’eau de La Source sur la santé des enfants, selon Guerline : ’’Mes enfants tombaient souvent malades, à cause de l’eau, qui était de mauvaise qualité. Ils souffraient de maux de ventre, de diarrhée, et ils vomissaient.


Et je devais tout le temps les emmener à l’hôpital.
Je suis vendeuse de friture, mon mari est ferronnier. Nous n’avions pas les moyens de répondre à tous ces frais médicaux. Quand il ne pleuvait pas, La Source séchait. Nous comprenions que ce n’était pas une source naturelle, mais l’eau de pluie que nous consommions. Nous n’avions pas le choix, il n’y a aucun puit dans les environs.’’

L’engagement communautaire : Pour économiser l’eau

Les deux fils de Guerline puisant de l’eau

Les deux fils de Guerline puisant de l’eau

L’eau que puisent Guerline et sa famille, aujourd’hui, est potable.  Les robinets sont alimentés par deux citernes souples de 10 000 litres chacun. C’est là un projet d’UNICEF, implémenté par Oxfam, via des fonds octroyés par la Commission Européenne d’Aide Humanitaire et de Protection Civile ECHO.

A Sovo, les citernes souples sont ravitaillées tous les trois jours, par des camions de l’OREPA Sud (Office Régionale de l’Eau Potable et Assainissement). Toutes les familles de cette localité s’alimentent en eau dans les citernes souples, soit environ 1330 bénéficiaires.

’’Nous économisons l’eau,pour la rendre disponible plus longtemps, et nous assurer que tout le monde en trouve’’

La communauté s’est s’organisée pour optimiser les avantages pour chacun, explique Guerline : « Les citernes ne suffisent pas pour desservir toute la communauté. Parfois, il ne restait plus d’eau bien avant le passage des camions de ravitaillement. Alors nous avons commencé à économiser l’eau, afin de la rendre disponible le plus longtemps possible, et nous assurer que tout le monde en trouve. Nous buvant uniquement l’eau des citernes. Pour nos activités ménagères, comme la cuisine, la lessive et le ménage, nous utilisons l’eau de la rivière La Ravine, qui traverse la localité par un canal. Chez moi, nous avons réduit notre consommation de trois à deux gallons d’eau par jour. Il est de plus en plus difficile de tenir ainsi, les enfants ont besoin de s’hydrater davantage, car il fait chaud ».

 

 »Mes enfants ne tombent plus jamais malades »

 

Des enfants puisant de l’eau dans les robinets des citernes souples de Sovo

Des enfants puisant de l’eau dans les robinets des citernes souples de Sovo

L’OREPA facilite le dialogue entre la communauté de Sovo et le Comité d’Approvisionnement en Eau Potable et Assainissement (CAEPA) de Camp Perrin, pendant la transition du projet d’alimentation en eau par citerne souples, dans le cadre de l’Urgence post-Matthew, au rétablissement durable du réseau d’adduction cette localité du Sud d’Haïti.Depuis qu’ils consomment l’eau des citernes souples, les enfants de Gerline ne tombent plus malades. Cette maman se dit reconnaissante : «  Depuis que nous avons accès à l’eau traitée, fini les va-et-vient à l’hôpital. Mes enfants ne tombent plus jamais malades. C’est Dieu qui nous a envoyé une telle opportunité ».

 

Bettina PERONO,

UNICEF Communication-Sud, Haïti

[1] UNICEF_Haiti_Humanitarian_Situation_Report__November_2016

[2] Oxfam, Acted, Care, WaterMission, TerreDesHommes

This post is also available in: Anglais

0 réponses

Répondre

Vous voulez participer à la discussion?
Dites-nous ce que vous en pensez...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *