Marc Vincent, Représentant de l’UNICEF en Haïti explique comment UNICEF et ses partenaires locaux et internationaux  utilisent et utiliseront le don du Gouvernement Japonais  dans la lutte contre le choléra. Il  nous éclaire sur le travail des équipes d’intervention rapide et sur leur importance pour éliminer le choléra en Haïti.

ECOUTER ICI L’INTERVIEW DE MARC VINCENT, REPRESENTANT DE L’UNICEF EN HAITI

  1. Qu’est-ce que l’UNICEF fera exactement avec l’argent reçu du gouvernement japonais?

    Marc Vincent Représentant de l'UNICEF en Haïti

    Marc Vincent Représentant de l’UNICEF en Haïti

  2. Pourquoi les initiatives des équipes d’intervention rapide sont-elles importantes pour éliminer le choléra en Haïti?
  3. Comment cet argent aidera-t-il à atteindre les objectifs du volet 1 (Traitement et prévention de la transmission: surveillance, intervention rapide, assistance sanitaire et vaccinations) de la nouvelle approche du choléra?
  1. Les efforts haïtiens et internationaux ont permis de réduire les cas de choléra et les décès en Haïti de près de 90% depuis le pic de 2011 (350 000 cas en 2011 à 36 000 cas suspects de choléra l’année dernière). Comment l’UNICEF par l’intermédiaire des équipes d’intervention rapide a participé à la réduction des cas de choléra?
  1. Combien d’argent l’UNICEF a-t-il besoin en plus pour maintenir ce programme jusqu’à la fin du Plan à moyen terme pour l’élimination du choléra en 2018?

EN SAVOIR PLUS SUR LA NOUVELLE APPROCHE DU SYSTÈME DES NATIONS UNIES EN FAVEUR DE L’ÉLIMINATION DU CHOLÉRA EN HAÏTI

UNICEF Haiti Cholera Equipe de réponse rapide

© Bradley Maxence

Une équipe d’intervention rapide contre le choléra en pleine action

Le volet 1 decrit par Marc Vincent dans l’interview qui précède a pour but d’intensifier l’action en faveur de la lutte contre le choléra et la riposte.*

Ce premier volet consiste à redoubler d’efforts pour faire face aux inci­dences du choléra en Haïti et les atténuer.

Intervention rapide : L’ONU coopère étroitement avec le Gouverne­ment haïtien dans le cadre de l’action critique qu’elle mène actuelle­ment pour lutter contre le choléra en favorisant le déploiement d’équi­pes d’intervention rapide dans des zones où des cas de choléra sont signalés. Ces équipes dressent un cordon sanitaire autour des zones qui suscitent des inquiétudes et commencent immédiatement à ad­ministrer un traitement clinique, à réhydrater les personnes touchées, à désinfecter les maisons et les espaces communautaires, à chlorer l’eau et à gérer des déchets solides potentiellement infectieux.

Leur action s’est révélée décisive, pour avoir permis de sauver des vies et de réduire le taux de transmission du choléra. Des problèmes de financement survenus au début de 2016 ont conduit à réduire le nombre des membres des équipes d’intervention rapide, ce qui a eu des effets néfastes sur la lutte contre la maladie pendant la saison des pluies. Le plan national redynamisé préconise d’accroître d’urgence le nombre des équipes d’intervention rapide et de veiller à ce qu’elles soient formées et puissent être déployées en l’espace de 24 heures.

Vaccination : Outre l’intervention rapide, une vaccination par voie orale contre le choléra constitue une mesure préventive importante, alliée à des interventions axées sur l’eau potable et l’assainissement.

Pour en savoir plus sur la vaccination contre le choléra

La vaccination contre le choléra, officiellement lancée

*source  LA NOUVELLE APPROCHE DU SYSTÈME DES NATIONS UNIES EN FAVEUR DE L’ÉLIMINATION DU CHOLÉRA EN HAÏTI

This post is also available in: Anglais