water chlorination training UNICEF OXFAM

Au delà des points de chloration

Pour faire face à l’épidémie de choléra dans les départements du Nord et du Nord-est, avec le support financier de l’UNICEF, des actions de réponses rapides sont mises en place par Oxfam en étroite collaboration avec les DSN, DSNE[1], la DINEPA via les TEPAC[2] et les autorités locales selon la stratégie du plan d’éradication de choléra 2012-2022.     

Une des activités essentielles dans le cadre de la réponse au choléra est la mise en place de points de chloration. C’est l’une des méthodes les plus utilisées par les ONGs y compris Oxfam pour les réponses aux cas suspects de cholera répertoriés dans les communautés les plus reculées, où les systèmes d’approvisionnement en eau des réseaux publics sont parfois inexistants. La majeure partie de la population d’Haïti malheureusement, en particulier celle résidant dans les zones rurales, n’a pas accès au service de base d’accès à l’eau par les réseaux et points d’eaux publics.

Louis Sony, une personne à mobilité réduite (PSH) au service de la population en tant qu’agent chlorateur en réponse aux flambées

Louis Sony, une personne à mobilité réduite (PSH) au service de la population en tant qu’agent chlorateur en réponse aux flambées

Cette activité se révèle plus qu’une simple action d’injection de chlore dans les récipients déjà remplis avec de l’eau non traitée, car elle apporte aussi une contribution sociale au delà des attentes. En effet, lors des formations pour les agents de chloration sur le terrain, il est aussi offert à la population la possibilité d’augmenter ses connaissances sur divers sujets tels que le comportement à avoir dans la manipulation, le traitement et le stockage de l’eau à domicile, les maladies liées à l’eau et les modes de contamination. Les personnes travaillant en tant qu’agents chlorateurs témoignent eux-mêmes de leur valorisation dans la communauté grâce à cette activité. Ils expliquent se sentir plus responsables et plus utiles. Nous pouvons prendre en exemple, Sony Louis, une personne à mobilité réduite (PSH), qui a été formé en tant qu’agent chlorateur. Il est maintenant considéré comme une personne importante par rapport à son travail comme chlorateur ; Violette Pierre, quant à elle, après avoir passé plus de 10 semaines en tant qu’agent chlorateur a pu acquérir des têtes de bétail, devenant ainsi propriétaire de biens grâce à cette activité.

De septembre 2014 au 16 aout 2016, 526 points de chloration ont été installés dans différentes communes et sections communales des départements du Nord et du Nord-est du pays  (zones d’alertes et/ou de flambées choléra), et autant d’agents chlorateurs ont été formés.

Le volet eau du programme WaSH choléra apporte une contribution significative à l’amélioration générale de la santé publique tant sur le plan qualitatif, au niveau des infrastructures eau et assainissement, que contre les mauvaises pratiques d’hygiène des populations. Lors de la mise en place des points de chloration, il n’y pas que les agents chlorateurs qui soient renforcés dans leurs capacités de traitement et de la manipulation de l’eau.

Louis Sony, une personne à mobilité réduite (PSH) habitant à Cité Chauvel, Section Haut du Cap /  Cap-Haitien, se voyait différent des autres membres de sa communauté parce qu’il ne pouvait pas participer à toutes les activités sociales et économiques à cause de son handicap. Il se sent maintenant plus responsable et très important pour sa communauté. Son travail en tant qu’agent chlorateur a fait de lui quelqu’un que la population valorise et de qui on sollicite très souvent des conseils en matière de traitement d’eau. En période de flambée, il est à son poste tous les jours avec les seaux de chlorination, et parce qu’il se sent utile et valorisé, il est fier de ce qu’il fait. Il dit aimer la visite des notables de la zone qui viennent le remercier et le féliciter pour son support au traitement de l’eau dans sa communauté.

Pierre Violette agent chlorateur, avec son taureau acquis après ses services comme agent chlorateur

Pierre Violette agent chlorateur, avec son taureau acquis après ses services comme agent chlorateur

Violette Pierre, vit en famille avec son mari, sa fille, sa mère et son père à Beudoret dans la commune de Plaisance (département Nord d’Haïti). Elle a été formée en janvier 2016 pour apporter une réponse aux flambées de choléra de sa commune en tant qu’agent chlorateur. Sa contribution a permis de réduire considérablement le taux de recrudescence des cas de choléra.

 » Je suis tellement fier  de l’appui que ma fille apporte  à la communauté. Elle aide la famille et la communauté à changer de comportement. Elle oeuvre pour le bien être de sa communauté », raconte ému le père de Violette.

Violette, avec les frais qu’Oxfam lui a donnés pour sa participation comme agent chlorateur, a fait l’acquisition d’un taureau qui lui a permis maintenant d’être parmi les personnes possédant un bien de valeur et une notoriété importante.

Depuis son apparition en Haïti en 2010, le choléra a fait malheureusement beaucoup de victimes et, d’après les déclarations de certaines personnes touchées directement par le choléra, ce dernier a causé la ruine de certaines familles suite au décès de la personne clef de la famille et à cause de funérailles très couteuses. Les points de chloration ont cependant apporté un élément de support à la communauté au niveau de sa conscientisation sur les comportements à risque, des connaissances sur le traitement et la manipulation de l’eau, et aussi grâce à un support à ceux qui ont su profiter de l’opportunité que cette activité offrait.

Une communauté plus responsable de sa consommation d’eau, des leaders locaux qui émergent, des personnes valorisées et des parents fiers de l’accomplissement de leurs progénitures par rapport à la notoriété et la sollicitation que confère cette activité : tels sont les avantages offerts par l’installation des points de chloration dans les communautés d’Haïti, en plus de l’aspect essentiel permettant de sauver des vies.

Ingénieur Joseph Francksen,

PHE Nord/Nord-est,

Oxfam

 

[1] DSN et DSNE: Direction Sanitaire du Nord et du Nord-est

[2] TEPAC: Technicien en Eau Potable et Assainissement au niveau des Communes

This post is also available in: Anglais

0 réponses

Répondre

Vous voulez participer à la discussion?
Dites-nous ce que vous en pensez...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *