Les adolescents marginalisées, une résilience personnelle possible

« Je me considère transformé après juste deux sessions. Elles m’ont aidé à mieux me connaitre pour mieux servir les autres »

Jean Ebens MerisierCoordinateur du réseau de Défense des Enfants et des Jeunes

Port-Au-Prince, Juillet 2017 – Enraciné dans la conviction que chaque être-humain à le droit, mais également le potentiel interne de se développer, un nouveau projet pilote investi dans la résilience personnel des adolescents Haïtiens. Utilisant un savant mélange de psychologie, de pratiques de gestion du stress et de libération de la conscience, d’une méthodologie basée sur le leadership ce programme a été conçu pour permettre aux jeunes, à travers leurs tuteurs et enseignants, d’atteindre leur plein potentiel.

Ainsi, si les adolescents marginalisés ont les outils pour identifier et nourrir leurs propres capacités, et leur unique but dans la vie, ils ne sont pas seulement capables de surmonter les difficultés, mais ils deviennent dés lors des citoyens proactifs. Les animateurs sociaux de 18 organisations non gouvernementales impliqués dans le travail avec des adolescents marginalisé de Port-au-Prince et du Grand Sud/Jérémie sont parties prenantes de cette initiative. Conçu en trois phases le projet combine un savoir théorique, des exercices pratiques et un soutien continu de travail. Les premiers retours concernant l’initiative sont plus qu’enthousiaste.

« La première session était sur le « comment être » et la seconde sur le « savoir comment ».Cette combinaison des deux ne m’a pas seulement servi à découvrir qui j’étais mais également de développer mes facultés afin de mieux guider les autres »

Fabiola JosephAssistante sociale de la Clinique des Adolescents

Comme dans chaque formations où le risque pour les participants de retomber dans leurs anciennes mauvaises habitude se fait ressentir, des dispositions ont été prises afin d’éviter ce piège de la non-durabilité. En s’appuyant sur le cours de base d’une semaine, un atelier de 3 jours sur les compétences en animation est prodigué aux participants afin de leur fournir les outils nécessaires pour partager leurs idées de manière captivante avec les adolescents avec lesquels ils travaillent. Au cours de la troisième phase, le coaching au travail accompagne les participants alors qu’ils utilisent leurs nouvelles compétences. Parallèlement à cette configuration formelle, le groupe a décidé de créer un groupe WhatsApp pour se soutenir mutuellement. Les réunions mensuelles leur permettront de partager leurs expériences et de développer davantage les thèmes des deux cours.

« Je vais appliquer ces différents concepts dans ma vie professionnelle. Je veux travailler avec des individus qui ont des besoins en relations avec ces concepts pour former mon équipe et nos jeunes sur ces notions clefs »

Cette formation est une première pour le bureau d’Haïti et les perspectives sont prometteuses. Investir dans les travailleurs sociaux individuels est synonyme d’investissement dans la capacité d’exécution des ONG partenaires de l’UNICEF. De fait, si leur personnel est motivé par les objectifs et les moyens mis en place, l’ensemble des organisations deviennent capable de faire de leur mieux pour les enfants que nous cherchons à assister.

Ce que dit la science

Tout est connecté. La détresse mentale, la frustration, le découragement et le stress ont des conséquences physiologiques comme la douleur et la maladie. Inversement, les facteurs biologiques comme la nutrition ou la maladie ont un impact sur l’humeur et les performances des individus. Un individu inflige cet état d’esprit sur son cercle relationnel immédiat – famille, amis, collègues, et dans le cas des travailleurs sociaux, la jeunesse avec laquelle il travaille. De même le fait de travailler dans un environnement difficile provoque du stress et de l’anxiété. C’est un cercle vicieux qui se transforme en cercle vertueux.

Les études montrent que donner aux gens un sens et des objectifs améliore leur performance professionnelle et leur bien-être personnel[1]. De même que les investissements dans le bien-être physique et psychologique sont payants en termes d’atmosphère sociale et de comportement[2]. Au cours des dernières décennies, l’attention portée à la résilience interne du personnel est devenue une pratique standard pour de nombreuses sociétés internationales[3] de premier plan qui ont saisi le lien direct entre le bien-être du personnel et la performance institutionnelle. Mais elle reste négligée par les politiques nationales, ainsi que par les organisations humanitaires et de développement. Ce pilote pose une première pierre aux fondations du changement.

Cornelia WALTHER

[1] Deloitte, Culture of purpose, 2013, http://www2.deloitte.com/content/dam/Deloitte/us/Documents/about-deloitte/us-leadership-2013-core-beliefs-culture-survey-051613.pdf

[2] Why Companies Are Turning To Meditation And Yoga To Boost The Bottom Line http://www.huffingtonpost.com/2014/10/09/what-successful-work-and-_n_5958920.html

[3] Google, McKinsey, Nike, Apple, Twitter, Yahoo, Procter & Gamble, HBO, Deutsche Bank, Aol, Heinz

This post is also available in: Anglais