Visite de la Directrice exécutive adjointe de l’UNICEF en Haïti

Fatoumata Ndiaye en visite à l’école primaire du Fonds Michel dans la commune de Mirebalais en Haïti. Le club d’hygiène de l’école était en session.

Du 15 au 17 novembre, Mme Fatoumata Ndiaye, directrice exécutive adjointe de l’UNICEF, a effectué un bref séjour en Haïti. L’objectif était de faire une visite des différents projets de l’UNICEF, de rencontrer les responsables de l’Etat haïtien, des agences sœurs des Nations Unies, des partenaires de l’UNICEF, mais aussi et surtout des bénéficiaires dont les enfants.  

Port-au-Prince le 17 Novembre 2018-  Mme Fatoumata Ndiaye a rendu une visite de courtoisie au Premier ministre haïtien, M. Jean Henry Céant. Au menu des discussions, l’accord de partenariat entre l’UNICEF et le gouvernement haïtien, l’adoption du code de protection de l’enfance, entre autres. Elle était accompagnée de la Représentante de l’UNICEF en Haïti, Mme Maria Luisa Fornara.

« Je suis très contente d’avoir pu rencontrer le chef du gouvernement haïtien. Les échanges ont porté sur la manière d’améliorer la coopération entre les deux entités. Nous avons parlé de textes de lois visant à renforcer la protection de l’enfance en Haïti. Afin que tous les enfants sans aucune distinction puissent bénéficier des services sociaux et ceci sans aucune discrimination. C’est notre plaidoyer », a-t-elle expliqué.

Les trois responsables ont également discuté de la situation des enfants en période d’urgence. Mme Ndiaye a renouvelé l’engagement de l’UNICEF dans la préparation aux urgences, notamment dans les secteurs du mandat de l’UNICEF comme la protection de l’enfance, l’éducation, la nutrition, l’eau et l’assainissement.

Des visites de terrain pour mieux connaitre la réalité

La directrice exécutive adjointe a également effectué plusieurs visites en dehors de la capitale afin de mieux appréhender le travail de l’UNICEF Haïti, à travers les bénéficiaires et certains partenaires. Elle a visité un centre de santé dans les hauteurs de Kenscoff, où la chaine de froid est conservée à travers l’énergie solaire.

Au Foyer l’Escale, qui est un centre de transit pour les enfants en domesticité, elle a eu des discussions assez instructives avec les enfants ainsi que les moniteurs. L’UNICEF appuie certaines activités du foyer en faveur des enfants.

Le Foyer l’Escale fournit des soins résidentiels temporaires, de la nourriture, des vêtements, de l’éducation, un soutien psychosocial et des soins de santé, selon les besoins, à tous les enfants transitant par le centre. Les enfants passent en moyenne 3 mois au foyer en attendant la réunification avec leur famille.

Un accent sur l’eau, l’hygiène et l’assainissement

Le vendredi 16 novembre la délégation s’est rendue dans le département du Centre pour une visite des projets ‘’eau et assainissement’’ et de lutte contre le choléra. Elle a visité un centre de traitement de diarrhée aiguë (CTDA), pour constater les progrès importants qui ont été faits. De juillet à octobre 2018, au total 139 personnes ont été admises au CTDA de Mirebalais, qui dessert toutes les communes du Bas-Plateau ainsi que certaines municipalités des départements limitrophes. Elle a également suivi une équipe de réponse rapide dans la localité de Gimbale (Centre). Elle a pu assister cette méthodologie de lutte contre le choléra, qui a été un élément déterminant dans la baisse du nombre de personnes atteintes.

A l’école nationale de Fonds-Michel, les écoliers ont réservé un accueil chaleureux à la délégation de l’UNICEF. Dans cet établissement, l’UNICEF à travers son partenaire, a construit un bloc sanitaire neuf comprenant : 8 cabines pour les filles, 6 cabines et 4 urinoirs pour les garçons et 2 pour les enseignants. Un club d’hygiène a été mis sur pied et les élèves y participent activement. Ils ont expliqué à Mme Ndiaye, l’importance de ce club en termes d’impacts positifs sur leur comportement.

Dans la localité retirée de Baudwi, la directrice exécutive a rencontré les membres de la communauté. Ils ont vanté les bienfaits de l’assainissement total piloté par la communauté (ACAT). Le projet consiste à encourager les gens à construire leur propre latrine. L’objectif principal étant de combattre la défécation à l’air libre. « Depuis que nous avons ACAT, les taux de choléra ont totalement baissé », lance l’un des habitants.

Mme Ndiaye a insisté sur les raisons de cette visite sur le terrain : « Voir ce que nous faisons pour aider les personnes qui contractent le choléra – les enfants, les familles et avec qui nous travaillons est fondamental. Nous pensons vraiment que toutes nos interventions, nous les faisons étroitement ici avec nos partenaires, locaux, internationaux, le gouvernement et la communauté », a-t-elle dit.

 

 

 

 

This post is also available in: Anglais